Subscribe

Is love the challenge or the reward ?

Publié le 10/08/2012 | Auteur: admin | Thèmes: Amour, Hasard, Pensées | Pas de Commentaire »

C’était la question tirée au sort par l’oracle de mon iPad en attendant le train.
Qu’en pensez-vous ? L’amour n’est-il pas à la fois un défi et une récompense ?
L’amour est un défi parce qu’il faut le cultiver, parce qu’il faut en prendre soin pour le voir grandir et s’épanouir, mais il est également une récompense lorsqu’il commence à porter ses fruits.

Cela dit, si l’on considère qu’une chose est vrai à 80% (la fameuse règle des 80/20): l’amour serait plutôt un défi
Défi d’aimer son voisin dans le train qui écoute sa musique cacophonique sur sa tablette sans aucune considération pour autrui et la gêne occasionnée.
Défi d’aimer à travers l’écriture. Défi d’aimer suffisamment pour prendre le temps. Alors que nous passons notre temps à vendre et à acheter du temps. Alors qu’il est là et qu’il faudrait l’apprivoiser, le sublimer…

Je suis dans le train, le ciel est bleu, magnifique, sans aucun nuage. Il commence à rosir avec le coucher du soleil…

Share/Save/Bookmark

Si vous avez aimé cette pensée, abonnez-vous à mon flux de pensées RSS!


Un bermuda pour repartir

Publié le 31/07/2012 | Auteur: Marline | Thèmes: Ecriture, Hasard, bien-être | Pas de Commentaire »

Aujourd’hui j’ai reçu un petit paquet “biocoop” sous ma boîte aux lettres. A l’intérieur il y avait un bermuda improvisé, couleur kaki, avec un ourlet très grossier cousu de fil blanc…Surprenant et intriguant. Je me suis demandée qui m’avait laissé ce paquet et quel en était le mobile…Voudrait-on (encore ?) me lancer un sort ?? ;-)
Cela restera mon mystère du bermuda biocoopéen…En attendant je l’ai jeté dans ma poubelle de recyclables, tandis qu’Etienne Daho se met à chanter “les jalousies” de Réévolution dans mes écouteurs…
Un bermuda que j’interprète comme une exhortation à repartir sur le chemin d’une amourheureuse, après une longue pause. Me revoilà donc.
Aujourd’hui est une journée spéciale pour moi, pleine de clin d’oeils de la vie:
En allant faire une course dans un magasin “La Vie Claire” à Paris ce midi, j’y ai vu la carte d’une amie qui m’a gracieusement prodigué des soins à distance suite au grave accident que j’ai eu,  il y a 9 mois. Fort heureusement j’ai eu beaucoup de chance et grâce au ciel, je suis presque entièrement rétablie…J’ai pensé que ce hasard était un signe qu’il était temps que je remercie publiquement cette amie et lui fasse la petite pub que je lui avais promise (pardon Christine pour le délai ;-): 
Il s’agit de Christine Ansel, une merveilleuse “énergéticienne” que je vous conseille de consulter si vous avez besoin de soins énergétiques* ou de bien-être : www.christineansel.com .
Vous pouvez avoir un aperçu des bienfaits qu’elle peut vous prodiguer à travers les témoignages de son livre d’or.
Que diriez-vous de vous offrir son harmonisation énergétique* (éventuellement à distance) ?
(*) « L’harmonisation énergétique à distance est idéale pour les «busy bees»,  personnes très occupées et parfois stressées. Accessible pendant une pause déjeuner, avant le week-end pour se détendre, se recharger pendant la semaine ou bien avant une réunion importante pour clarifier ses idées et être super zen quoi qu’il arrive. Et aussi à l’heure de la sieste ou le soir au coucher …
Idéale aussi pour les personnes ne pouvant pas se déplacer pour de multiples raisons : hors Paris, hors France, conditions climatiques, hospitalisation, grossesse, accident, maladie, âge avancé, fin de vie, etc »
nous explique-t-elle sur son blog.

Autre clin d’oeil (synchronicité ?) en lien avec ce journal délaissé trop longtemps qu’il me tardait de retrouver: un ami m’adresse ce même jour 3 extraits du «Journal d’un séducteur» , qui m’avait inspiré mon titre «Journal d’une anti-séductrice» devenu celui d’une amourheureuse…Tandis que, toujours ce même soir, l’ami séducteur qui m’avait fait découvrir ce trésor de Kierkegaard me demande comment je vais, sans raison apparente. Amusant, non ?

Je vous confie les extraits qui m’ont été adressés et qui vous donneront peut-être l’envie de découvrir le livre si ce n’est pas déjà fait:

“Ma Cordélia
Tu sais que j’aime beaucoup parler avec moi-même. J’ai trouvé en moi l’être le plus intéressant que je sache. J’ai pu craindre parfois de manquer de matière pour ces conversations, mais c’est fini, car maintenant je t’ai ; c’est donc de toi que je parle actuellement, de toi que je parlerai éternellement, de toi le plus intéressant des sujets avec le plus intéressant des hommes -.Hélas! Car je ne suis qu’un homme intéressant, tandis que toi, tu es le sujet le plus intéressant.”
Ton Johannes

“Ma Cordélia
On dit de moi que je suis amoureux de moi-même.[…]Je suis amoureux de moi-même , - pourquoi ?parce que je suis épris de toi ; car c’est toi que j’aime,toi seule et tout ce qui en vérité est à toi, et c’est ainsi que je m’aime moi-même, parce que mon moi t’appartient ; si par conséquent je ne t’aimais plus je cesserais de m’aimer moi-même. Ce qui aux regards profanes du monde est l’expression du plus grand égoïsme est donc à tes yeux initiés l’expression de la sympathie la plus pure, […] “
Ton Johannes

“Ma Cordélia
Un latiniste dit d’un disciple attentif qu’il est suspendu aux lèvres du maître. Pour l’amour tout est image et, en retour, l’image est réalité. Ne suis-je pas un disciple assidu et attentif ? Mais tu ne dis rien du tout.”
Ton Johannes

Extraits du Journal d’un séducteur, de Sören Kierkegaard.

Share/Save/Bookmark

Si vous avez aimé cette pensée, abonnez-vous à mon flux de pensées RSS!


La voyance, simplement un outil qui permet de mieux voir

Publié le 5/06/2011 | Auteur: Marline | Thèmes: Magie, Pensées, Pouvoir, Voyance | Pas de Commentaire »

Si je vous écris aujourd’hui sur ce sujet de la voyance, c’est parce qu’il y a beaucoup d’idées erronées qui circulent à son sujet, profitant à quelques charlatans mal intentionnés.

Il se trouve que j’ai un ami qui fut récemment victime de l’un de ces charlatans, bien malgré lui. Et pourtant c’est quelqu’un de talentueux, avec un bagage d’ingénieur, qui sait réfléchir dans d’autres domaines et qui se disait “rationnel”. Mais hélas tant de “rationnels” ne savent pas raisonner dans la vie! Et comme il ne s’était jamais véritablement intéressé à la voyance ou aux questions de médiumnité auparavant, son ignorance en a fait une victime de choix pour des êtres malfaisants qui jouent avec de la “sorcellerie” comme des fous joueraient avec une grenade, sans se douter qu’elle finirait immanquablement par leur sauter à la figure.

Or premièrement la voyance n’a rien à voir avec de la sorcellerie. La voyance, c’est simplement un outil qui permet de mieux voir, comme des lunettes le font dans le monde matériel. Avoir des lunettes peut être utile et vous éviter des désagréments: lire des panneaux routiers et éviter des accidents, contourner un obstacle etc. Mais vos lunettes vous laissent entièrement libres: si elles vous permettent simplement de mieux voir, elles ne déterminent pas vos choix. Elles peuvent vous indiquer un danger, mais vous seuls pouvez décider de l’éviter ou au contraire de prendre le risque de l’affronter. Et c’est exactement la même chose avec la voyance. Si vous décidez d’y faire appel, utilisez-la comme un outil constructif qui vous permettra d’y voir plus clair dans votre vie et sur votre entourage. Mais elle ne fera rien à votre place, elle vous indique uniquement des potentialités qui peuvent (ou pas) se réaliser. Elle peut par exemple vous indiquer qu’un terrain est favorable, mais il n’appartient qu’à vous d’y planter vos graines.

La voyante Esméralda Bernard en parle très bien sur son site: http://esmeraldabernard.net/deontologie.htm que je vous encourage à visiter si vous vous intéressez à la question.
Personnellement je ne l’ai jamais consultée, mais elle figure dans l’excellent “Guide de la Voyance” de la journaliste Anne Placier qui lui a attribué 4 étoiles (la meilleure notation du guide) confirmées par ses nombreux lecteurs.
La voyance est néanmoins un “outil” à utiliser avec extrême modération. A mon humble avis, il ne faudrait pas consulter un très bon voyant plus d’une ou deux fois par an. Car il vous appartient de développer vos propres dons de voyance, le fameux “troisième oeil”.

Concernant la médiumnité, l’homme qui en a favorisé une connaissance éclairée en France est Allan Kardec ou Alan Kardec, de son vrai nom Hippolyte Léon Denizard Rivail né le 3 octobre 1804 à Lyon et mort le 31 mars 1869. Il est initialement pédagogue et grand positiviste, pas du tout tourné vers le surnaturel. C’est en sa qualité de pédagogue positiviste qu’il est sollicité pour superviser des séances de tables tournantes en 1855, pratique venue des États-Unis. Il prend alors son surnom d’Allan Kardec, nom qu’il pense correspondre à celui qu’il portait lors d’une vie antérieure, alors qu’il était druide. On lui demande de mettre de l’ordre dans les communications des esprits reçues lors de séances. Par le biais de différents médiums, il converse plusieurs années avec toutes sortes d’esprits et en tire un enseignement. L’essentiel est écrit dans Le livre des Esprits (1857) et Le livre des médiums (1861). Il fonde également La Revue spirite, magazine encore publié aujourd’hui, dans plusieurs langues.

Si vous vous intéressez à la médiumnité et aux phénomènes paranormaux, je vous incite vivement à lire “Le livre des Esprits” et “Le livre des médiums” (qui sont téléchargeables gratuitement en ligne) afin de ne pas vous laisser manipuler par des charlatans ou des êtres nuisibles qui profiteront de votre ignorance pour vous faire avaler n’importe quelle couleuvre à votre grand détriment et/ou celui de vos proches. Sauf qu’il est probable que vous ne vous en rendiez pas compte puisque vous n’aurez jamais étudié la question auparavant.

L’ami qui m’a inspiré cet article s’est retrouvé mêlé à une histoire dingue d’envoutement à tel point qu’il me confiait avoir peur de s’endormir le soir et avoir entouré son lit de gros sel! J’en ai été suffisamment choquée pour avoir envie de vous mettre en garde contre ce type de dangers, en grande partie due à l’ignorance des réalités spirituelles et des lois qui régissent le monde.
Un(e) sage m’a dit un jour que la meilleure protection contre la magie noire, ce sont les bonnes pensées que nous portons en nous, qui contribuent à renforcer notre aura. Ainsi, au lieu de consulter des sorciers ou désenvouteurs, travaillez plutôt sur vous-même, soyez positifs, pratiquez la méditation, lisez des ouvrages inspirants, liez-vous à la natureNe tombez pas dans les pièges de l’ignorance, soyez curieux de la Vie!

Share/Save/Bookmark

Si vous avez aimé cette pensée, abonnez-vous à mon flux de pensées RSS!


Une pensée d’Armistice

Publié le 11/11/2010 | Auteur: Marline | Thèmes: Amour, Pensées, Qualités, Responsabilité | Pas de Commentaire »

Quelles sont les qualités de vos ennemis?
” Vous pensez peut-être que les ignorants sont les plus impressionnés par les savants, les lâches par les courageux, les faibles par les puissants, les égoïstes par les généreux. Eh non, pas nécessairement, et c’est même souvent le contraire: leurs défauts, leurs faiblesses les rendent aveugles aux vertus des autres. Aussi, si vous voulez connaître votre degré d’évolution, essayez de voir ce que vous êtes capable d’apprécier chez les autres. Si vous restez insensible à leurs qualités, c’est certainement que vous-même en êtes dépourvu.
Pour reconnaître les qualités des autres, il faut au moins les posséder un tant soit peu. Et de la même façon, pour reconnaître l’existence du Créateur, cet Être de tous les êtres, sa sagesse, son amour, sa splendeur, il faut déjà avoir développé en soi quelque chose de cette sagesse, de cet amour, de cette splendeur. On ne peut trouver que ce qui correspond à ce qu’on est soi-même.”
C’est tellement juste! Les escrocs prennent généralement modèle sur d’autres escrocs. Les moutons sur des moutons. Et les héros sur des super-héros…
Et on admire d’autant plus un champion sportif que l’on s’est essayé à son sport. On comprend alors que ce qui paraissait de prime abord si simple et si gracieux, constitue en réalité une véritable prouesse…Avez-vous déjà essayé le patinage artistique? Ou l’équitation? Ça a l’air simple de sauter sur un cheval et de galoper comme dans un film de western, et pourtant et pourtant!!!
Bref, en cette fête de l’Armistice, je vous propose de partir à la chasse aux qualités de vos ennemis…Afin qu’ils disparaissent sous leurs qualités…Ouf!!!
Je suis tombée sur cette méditation providentielle alors que j’étais moi-même en proie à de sombres pensées vis-à-vis d’un individu qui avait eu le culot de revenir vers moi après s’être illustré par un comportement ignoble. Et je me suis dit, eurêka, c’est merveilleux, voilà comment je vais m’en débarrasser (des mauvaises pensées qu’il m’inspire): en me concentrant sur ses qualités! Je ne les ai pas encore recensées, mais cela ne saurait tarder.
C’est vrai que par rapport à d’autres personnes malhonnêtes auxquelles je suis confrontée, il apparaît comme un enfant de cœur. Et pourtant les autres ne me mettent pas autant en colère. Pourquoi? Parce qu’il est plus conscient que les autres (il est plus évolué), donc sa responsabilité est beaucoup plus grande à mon sens. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est plus facile de pardonner à un enfant qu’à un adulte, censé être pleinement responsable de ses actes…

Share/Save/Bookmark

Si vous avez aimé cette pensée, abonnez-vous à mon flux de pensées RSS!


Et si on se trompait de débat ?

Publié le 5/10/2010 | Auteur: Marline | Thèmes: Amour, Travail, Valeur | 2 Commentaires »

Sur la retraite ?
J’ai l’impression que tout le monde se trompe de problème et de solution. Que notre salut ne se trouve pas dans un consensus sur l’âge de la retraite, mais bien plutôt dans le sens que l’on donne au travail et son application. Cette “crise sociale” devrait être une magnifique opportunité de communiquer et s’entendre sur la valeur “travail” et non pas sur l’âge auquel chacun pourrait s’arrêter de travailler. Je trouve tout à fait étonnant que des personnes bien pensantes censées défendre les intérêts des travailleurs, ne trouvent rien de mieux à leur proposer que de diminuer leur temps de travail. Comme si le travail devait être une souffrance!

Je plains tous ceux qui envisagent le travail comme une punition, c’est horrible! Comment peut-on accepter de travailler ne serait-ce qu’une seule année dans ces conditions? A mon sens il est là le vrai débat: faire en sorte que chacun puisse aimer son travail au point qu’il ne soit jamais (trop) pénible et qu’il n’ait jamais envie de s’arrêter! On va me traiter d’idéaliste ou d’enfant gâtée, et pourtant, si vous saviez! Je suis une travailleuse acharnée. On me rétorquera alors que mon travail est sans doute facile ou particulièrement agréable. Non, je ne le crois pas. Il est même plutôt très difficile…Mais là n’est pas mon propos. Mon propos, c’est de dire qu’il n’y a sans doute pas de travail parfait. Ce qui importe, c’est l’amour qu’on y met. Et c’est ce qui le rend vraiment intéressant et bénéfique pour tous, à commencer par soi-même.

Je ne suis ni de gauche ni de droite ni du centre ni (encore moins) dans les extrêmes (je trouve que ce débat d’étiquette est assez stérile, car je pourrais tout à fait voter à gauche, à droite ou au centre, selon le(la) politicien(ne) et son projet); aussi je ne voudrais offusquer personne mais la gauche me fait souvent penser à un parent qui inciterait ses enfants à manger toutes sortes de bonbons, en assurant qu’ils sont très bons à la santé, au lieu de les éduquer à se nourrir sainement. Et évidemment les enfants adorent manger des bonbons, alors ce discours leur plaît bien!

Il me semble que c’est ce qui a perdu la gauche, sa “politique de l’autruche”. Pourquoi au lieu de monter les uns contre les autres en stigmatisant trop souvent “le méchant patronat qui exploite les faibles salariés”, n’aborde-t-elle pas les vrais sujets? Comme le fait “Elle” par exemple avec son article “Comment redonner du sens à son travail” dans son N° du 17 septembre 2010!
Je vous cite la conclusion du journaliste Patrick Williams: “Rien n’est plus nocif, selon nos spécialistes, que de venir faire ses huit heures en pensant que la vraie vie se situe ailleurs. A les écouter, finalement, le travail n’est pas un but. Il ne doit être qu’un moyen pour exercer notre métier d’être humain. Le plus dur et le plus passionnant des métiers

Quant à la pénibilité, avez-vous déjà pratiqué la randonnée? Cela peut s’avérer très pénible et pourtant la souffrance que l’on endure fait intégralement partie de la joie que l’on ressent en arrivant au sommet. Parce qu’elle est liée au dépassement de soi et que c’est cela qui nous comble de joie. Ce que je veux dire par là, c’est que toute souffrance, toute pénibilité peut être sublimée par un idéal. Sinon elle est parfaitement inutile et il faut la combattre.
Et il est là le vrai combat: éliminer les souffrances inutiles, faire en sorte que le travail puisse être épanouissant pour tous. Et alors on ne trouvera pas sa durée trop longue mais trop courte! Et on voudra vivre plus longtemps pour travailler plus longtemps (je plaisante ;-))!
Le travail, n’est-ce pas de l’amour matérialisé, offert à la société? En tous cas, c’est ma vision du travail et je vous l’offre!

Share/Save/Bookmark

Si vous avez aimé cette pensée, abonnez-vous à mon flux de pensées RSS!


Le temps des grâces

Publié le 4/07/2010 | Auteur: Marline | Thèmes: Conscience, Pouvoir, Responsabilité, Santé | Tags: , , , , , , , | Pas de Commentaire »

Un très joli documentaire à aller voir, qui rend intelligent :-) (selon Le Monde). Au moment même où j’écris ces quelques mots, je reçois la visite d’une chauve-souris, incroyable!! Quelle émotion de la voir voleter ainsi à toute allure au-dessus de mon lit! J’ai eu très peur qu’elle ne retrouve pas la sortie, mais heureusement, la prise de connaissance fut brève. Je ne sais pas si elle souhaitait s’exprimer également sur le film, si elle est un présage de bon augure (d’après Wikipédia, en Chine, elles sont le symbole de longévité et de gaieté. En Pologne et en Macédoine, elles sont considérées comme des animaux de bon augure) ou si elle voulait simplement faire parler d’elle. En tous cas voilà qui est fait.
En ce qui concerne le documentaire, je vous invite à lire le très bel article que Le Monde lui a consacré: “Le Temps des grâces: l’agriculture industrialisée, le progrès sans contrôle“.
Et moi, qu’en ai-je retenu, essentiellement?
Que la plupart de nos sols sont épuisés, faute d’une agriculture trop intensive et mal gérée. Qu’en quinze ans, nous pouvons refertiliser les sols, à condition de nous mobiliser.
Que “l’esthétique d’ordre” choisie par certains paysans correspond souvent à des sols morts. Que la diversité est synonyme de vie.
Qu’il faut manger bio, pour notre santé et pour soutenir cette agriculture, qui est la meilleure alternative à long terme, pour la planète et nous-mêmes.
Que sans la mobilisation des consommateurs (nous-mêmes!), les agriculteurs ont bien peu de poids pour réintégrer les notions de qualité et de valeurs sur un marché où la loi du nombre (ou du low cost) règne aveuglément en maître. Or “la loi du nombre” est tout à fait artificielle et meurtrière: il vaut mieux manger peu et bien que beaucoup et mal.
Il y a d’ailleurs eu une excellente enquête qui est passée sur France 3, lundi 28 juin à 20H36 : Assiette tous risques“, dans l’émission “Pièces à convictions: que je vous conseille vivement de voir, par quel moyen que ce soit!

Share/Save/Bookmark

Si vous avez aimé cette pensée, abonnez-vous à mon flux de pensées RSS!


La Loi d’Attraction, ça marche!!!

Publié le 11/01/2010 | Auteur: admin | Thèmes: Difficultés, Engagement, Pensées, Pouvoir, Succès, Travail, Vérité | Tags: , , , , , , , | 2 Commentaires »

Pour votre plus grande joie ou votre plus grand malheur! A vous de choisir. Et d’apprendre à vous en servir. Elle fonctionne tellement bien qu’elle peut vous jouer des tours si vous n’y prenez garde. Comme toute loi physique, elle est implacable. Elle n’admet pas le mensonge, uniquement la vérité. Si vous ne savez pas voler, inutile de prétendre le contraire et de sauter du haut d’un immeuble de dix étages. En vertu de la loi de la gravité, vous allez immanquablement vous écraser au sol, s’il n’y a rien pour vous rattraper avant la fin de votre chute. C’est la même chose avec la loi d’attraction. On ne peut pas tricher avec elle. D’où la nécessité de se connaître et de vivre dans la “lumière de la vérité”.
Et pourtant souvent les gens n’aiment pas entendre la vérité quand elle ne leur plaît pas, quand bien même cette vérité leur serait vitale pour ne pas s’écraser au sol, aveuglés par leurs illusions…
Mais cessons de philosopher, je vais vous raconter une petite histoire qui sera bien plus éloquente, car elle est le fruit de l’Expérience :

J’ai rencontré un informaticien il y a presqu’un an de cela, qui s’était pris de passion pour la musique et souhaitait mettre en oeuvre un projet dans ce domaine. Nous l’appellerons Y.
Y connaissait la loi d’attraction et avait coutume de s’en servir pour trouver des places de parking. Il visualisait une place à l’endroit où il le souhaitait et il obtenait une place presque systématiquement par ce biais.
Fort de ce premier succès, Y a voulu expérimenter la loi d’attraction dans d’autres domaines, notamment dans le domaine entrepreneurial et le domaine personnel.
Il s’est alors mis à faire des promesses à tout bout de champ, à vivre au-dessus de ses moyens en comptant sur la loi d’attraction pour faire le reste. Cela aurait pu marcher, s’il avait été à la hauteur de ses désirs, si ses pensées avaient été en accord avec ses actes. Son gros problème, c’est qu’elles ne l’étaient pas.
En surface, il essayait de sauver les apparences. Mais sous le masque qu’il affichait, il était de plus en plus stressé par son besoin d’argent pour soutenir son mode de gestion (des salariés, des prestataires et un loyer important), finissant même par devenir insistant auprès d’investisseurs potentiels, comme si ceux-ci étaient tenus d’investir dans sa société. En réalité, sa pensée récurrente était “j’ai besoin d’argent, j’ai besoin d’argent” et la Loi d’Attraction lui répondait “tes pensées sont des ordres“, aussi il avait de plus en plus besoin d’argent et il était de plus en plus stressé, accumulant dettes sur dettes.
Idem pour la cigarette. Il a voulu essayer de fumer, comme ça, à quarante ans, pour voir ce que ça ferait. Il se disait que lui, contrairement aux autres, il pourrait arrêter…Plusieurs fois je l’ai entendu dire : “ça’y'est, aujourd’hui, c’est décidé, j’arrête!” Et à peine quelques jours plus tard (voire quelques heures plus tard) il recommençait. Et ce n’est pas anodin, car par cette attitude il signifiait à l’univers : “je suis incapable de faire ce que je dis. Mes paroles n’ont pas de valeur”. Et vous devinez la suite, la Loi d’Attraction lui répondait “tes pensées sont des ordres”. Et ses paroles (pas seulement celles en rapport avec la cigarette, hélas) n’avaient pratiquement aucun poids, elles s’envolaient vers le néant pour ne jamais s’incarner…
Cela avait évidemment des répercutions sur son entourage, et il s’attirait ainsi des conflits…
Et c’est ainsi que j’ai vu se métamorphoser quelqu’un de charmant au premier abord en chacal, malhonnête et calomnieux. “Un homme détruit se transforme en chacal” nous dit un proverbe indien. Aveuglé par son orgueil et brisé par la Loi d’Attraction. Est-ce juger une table que de dire qu’elle est ronde quand elle est ronde? Est-ce juger quelqu’un que de dire qu’il est malhonnête quand il est malhonnête? Est-ce que la Loi d’Attraction l’a jugé? Non, elle a juste répondu parfaitement à ses pensées. Est-ce que je le juge? Non, je dis simplement ce qui fut à un moment donné. Quand quelqu’un ment, c’est un menteur, tout bêtement. Il n’y a aucun jugement là-dedans. Il m’a reproché de le juger alors que j’essayais simplement de l’aider, de lui faire voir la réalité.
Or la réalité, c’était qu’il y avait un énorme fossé entre ses paroles et ses actes et qu’il a fini par tomber dedans. Parce que la Loi d’Attraction se fiche de vos mensonges, elle répond implacablement à vos pensées. Il pensait “manque” et elle lui a répondu “manque”. Et ce qui a encore plus de poids que vos pensées, c’est votre attitude, ce sont vos actes, car ce sont des pensées incarnées. Inutile de prétendre que vous êtes détendu et joyeux quand vous ressemblez à un mort-vivant, que votre attitude est taciturne et que votre vie se résume à rester cloué à un ordinateur, absorbé par vos soucis.
Vous ne pouvez pas tricher avec la Loi d’Attraction.
D’où l’importance de savoir où vous en êtes dans la maîtrise de vos pensées.
D’où l’importance de la méditation qui permet de s’exercer à les maîtriser.
D’où l’importance de l’humilité qui permet d’avoir une vision juste de son niveau.

Avant de sauter dans un bassin où vous n’avez pas pied, assurez-vous de savoir nager. C’est la même chose dans le domaine des pensées. Avant de vous mettre dans une situation inextricable qui demandera une grande force de pensée pour rester positif en dépit des difficultés, soyez certain de la posséder avant. Sinon vous courez à la catastrophe. On en revient toujours à la fameuse exhortation de Socrate “Connais toi toi-même“. Simple et pourtant difficile. Comme on dit, “le plus simple est le plus difficile“.
Avant de savoir parfaitement maîtriser ses pensées, il y a des astuces qu’on peut utiliser facilement pour rester positif et joyeux : regarder des films comiques, s’entourer de personnes qu’on aime, jouer avec ses chats (ou ses chiens), écouter de la bonne musique, s’adonner à une passion, faire du sport, se vider la tête (méditer) etc.
Jusqu’au jour où tous ces éléments vous apparaîtront superflus en comparaison de la félicité que vous aurez trouvée en vous-même…Mais ce jour-là, les poules auront peut-être des dents, non? ;-)

Il y a un livre intéressant que je vous conseille à ce sujet, intitulé “L’Abondance Véritable?” de Neale Donald Walsch. J’avais également beaucoup aimé ses “Conversations avec Dieu”, dont le fond me paraissait révolutionnaire, même si j’en trouvais parfois la forme un peu “simplette”.

Share/Save/Bookmark

Si vous avez aimé cette pensée, abonnez-vous à mon flux de pensées RSS!


La fin de la pauvreté dans le monde?

Publié le 26/12/2009 | Auteur: admin | Thèmes: Conscience, Difficultés, Engagement, Nature, Pauvreté, Pouvoir, Travail | Tags: , , , , , , | Pas de Commentaire »

Hier soir je suis allée voir un merveilleux documentaire avec des amis : “La fin de la pauvreté?” de Philippe Diaz qui passe actuellement au Cinéma “Saint-André-des-Arts” (30, rue Saint-Andre-des-Arts 75006 Paris, Métro Saint-Michel, Odéon); un peu grâce à Elle qui le recommande dans son N°3337 - voilà comment leur journaliste Florence Ben Sadoun le présente : “Contrairement à Michael Moore dans ‘Capitalism : A Love Story’, Philippe Diaz s’efface au profit des personnes qu’il interviewe. S’appuyant sur des chiffres effarants (25% de la population mondiale consomme 85% des richesses), son docu âpre répond à cette terrible question : pourquoi tant de pauvreté alors qu’il y a tant de richesses dans le monde? Des favelas brésiliennes aux bidonvilles d’Afrique, Diaz donne la parole à Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie, comme à d’anciens de la CIA…Ce film sort huit jours avant Noël, mais y a-t-il une date idéale pour regarder la vérité en face? [avec la voix de Charles Berling (1h44)]“.
En ce qui me concerne, j’ai adoré, parce qu’il nous fait le cadeau d’une vérité, qui n’est certes pas toujours facile à entendre, mais dont il est urgent de prendre conscience, pour notre plus grand bien-être durable et afin d’éviter la catastrophe…
Car je ne pense pas qu’on puisse être réellement heureux en vivant replié sur sa petite famille égoïstement grâce à un système qui exploite d’autres êtres humains qui gagnent à peine de quoi manger chaque jour. Rares sont ceux qui en ont conscience néanmoins. D’où l’utilité de ce documentaire que tout le monde gagnerait à voir en période de Noël!
Ceci dit, en observant ces hommes et femmes simples et purs qui usent leur santé dans un travail injuste qu’ils n’ont pas choisi, je me demandais s’ils n’étaient pas en réalité plus heureux que leurs bourreaux qui utilisent leur oisiveté pour s’autodétruire en souffrant d’une grande pauvreté intérieure…
J’en ai croisé des hommes “très riches”! Je mets des guillemets car ils ne l’étaient qu’en apparence. En réalité, paradoxalement, ils n’avaient pas l’air forcément plus heureux que ces “pauvres” qui sont plaints dans le documentaire. Ils étaient riches d’argent mais pas forcément de sagesse. Or quelle est la clé du Paradis sur Terre? L’argent ou la sagesse? Ce n’est évidemment pas une raison pour laisser perdurer cette situation insoutenable et débile, bien au contraire, puisque tout le monde est perdant dans l’histoire. Mais la grande ironie de l’histoire, c’est que je ne crois pas que les plus perdants soient ceux qu’on croit
N’allez pas non plus vous imaginer que je suis anti-”hommes riches”. Pas du tout. Mais comme pour l’intelligence, je crois que “la richesse” devrait caractériser une situation globale. On peut être riche de pleins de choses (temps, amour, santé, beauté, joie, créativité, imagination etc) et l’argent n’est qu’un moyen, pas une fin. De même, la reproduction des cellules est un moyen, pas une fin. Lorsqu’elle devient une fin, c’est qu’elle s’est transformée en cancer qui détruit tout sur son passage…De même la cupidité de certaines multinationales me fait penser à un cancer de la société qui la met en danger. Les chiffres du film sont édifiants (cf. http://www.cadtm.org/La-fin-de-la-pauvrete-vraiment) :

- “25% des habitants de la planète utilisent 80% des ressources disponibles et génèrent 70% de la pollution mondiale.

- “En 2009, le nombre de personnes sous-alimentées de manière chronique a franchi le cap du milliard : tout un symbole de l’échec du capitalisme imposé depuis cinq siècles. Une question doit être posée : qui doit à qui ?”

- “En 2008, les pouvoirs publics des pays en développement ont remboursé 182 milliards de dollars au titre de leur dette extérieure, soit 27 milliards de plus que ce qu’ils ont reçu en nouveaux prêts. Pendant ce temps, le nombre de millionnaires en dollars dans le monde s’élevait à 8,6 millions, pour un patrimoine cumulé de 32 800 milliards de dollars. Un prélèvement annuel de 0,25% sur ce patrimoine suffirait à trouver les 80 milliards de dollars nécessaires pour assurer en 10 ans à la totalité de la population les services sociaux essentiels (éducation primaire, santé, eau, assainissement).”

Et ce matin j’entendais à la radio une chronique sur l’espace : un enfant pose innocemment la question “à quoi ça sert d’aller sur la lune” ? à Olivier de Goursac qui lui répond que le peuple américain s’était posé la même question et en avait conclu que c’était inutile, raison pour laquelle ils n’y étaient pas retournés avant 1972. Or ce fut une erreur selon lui, car “on n’en serait pas là à tourner en rond sur notre petite boule bleue, on serait déjà sur Mars” ?!! Pourquoi? Pour faire de la technologie et tester des matériaux, sachant qu’une mission spatiale coûte environ 250 millions de dollars
Est-ce bien censé tout cela quand “on estime qu’aujourd’hui 60 à 80 millions de personnes vivent dans une situation proche de l’esclavage. Ils travaillent parfois avec leurs familles dans les régions rurales sur des plantations, dans les mines ou dans les villes en échange d’un peu de nourriture et d’un toit“?!!
Avant de dépenser des fortunes pour faire de la technologie sur Mars, ne devrait-on pas s’assurer que chacun ait des conditions de vie décentes sur Terre?!
D’autant plus que, selon le documentaire sur “la fin de la pauvreté”, “notre système économique a toujours été et est toujours financé par les plus pauvres. Ils nous ont d’abord donné leurs terres et leurs accès aux ressources naturelles, puis ont financé son expansion par le remboursement de la dette, le déséquilibre des échanges et les impôts injustes sur leurs salaires et leur consommation. En les obligeant à surpayer l’énergie, la nourriture et autres nécessités de base, le Nord s’assure que la pauvreté se développera et les inégalités augmenteront. (cf. http://lafindelapauvrete.com/film.html)”.
Pourtant des solutions semblent exister : “l’annulation totale et immédiate de la dette du tiers-monde, l’abandon des politiques d’ajustement structurel, le remplacement du FMI et de la Banque mondiale par des institutions démocratiques centrées sur la garantie des droits humains fondamentaux et le respect de l’environnement, la réappropriation des ressources naturelles par les peuples, la réforme agraire radicale, une vaste redistribution des richesses à l’échelle mondiale sont les étapes fondamentales qui doivent permettre un changement complet de système dont l’urgence s’impose un peu plus chaque jour.
Et à votre portée, le fait de préférer le “bio”, de consommer “équitablement” (label Commerce Equitable), de polluer le moins possible, et de vous entourer de belles pensées!!
Et de faire passer le message ;-)
En espérant que ce petit cadeau de vérité vous (nous) sera utile, excellentes fêtes à tous!!!

Share/Save/Bookmark

Si vous avez aimé cette pensée, abonnez-vous à mon flux de pensées RSS!


Le privilège d’aider

Publié le 11/11/2009 | Auteur: admin | Thèmes: Bonheur, Chance, aider | Tags: , | Pas de Commentaire »

C’est une chance que très peu saisissent en réalité. Pourtant tout le monde a l’intuition que ce privilège est l’apanage de la vraie richesse. Car aider est intimement lié à l’acte de donner et l’on ne peut donner que ce que l’on a. On est donc riche de ce que l’on donne : des sourires, de la beauté, des conseils, du temps, de l’argent, du courage, des merveilles, des prouesses, des exploits, des miracles, de la vie…
C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la richesse est davantage un état d’esprit qu’une “condition matérielle”. Je rencontre régulièrement des “nantis” matériellement qui vivent pourtant comme des “pauvres”, avec la peur omniprésente de manquer. Ils accumulent les biens immobiliers, ne paient pas d’impôts, trouvent des combines pour gagner plus et ça ne leur semble jamais assez. Et pourtant, à côté de cela, ils font ce qu’ils appellent de “l’humanitaire”, pour se donner bonne conscience, bien qu’ils disent “ne plus croire en l’homme”. Evidemment qu’ils ne croient plus en l’homme, ils ne croient déjà plus en eux-mêmes pour avoir ainsi peur de manquer de tout sans arrêt! Et leur fameux “humanitaire” ressemble à tout sauf à de l’humanitaire, c’est souvent un mélange de vanité et de mensonges, dans lequel ils ne trouvent aucune satisfaction puisqu’ils n’en sont plus dupes eux-mêmes.
Et lorsque vous leur présentez l’opportunité d’aider vraiment, ils la déclinent. Car la seule chose qui les intéresse, c’est de faire du commerce : quel est le risque, combien ton entreprise rapporte-t-elle à l’heure actuelle? Rien encore? Alors c’est trop risqué, même s’ils gagnent 30 000 € en un “voyage”, ils trouvent cela plus intéressant de le mettre dans le salon de leur nouveau chalet ou de leurs rideaux. Ca coûte tellement cher des rideaux! Et c’est tellement risqué une entreprise qui démarre! Voilà où la cupidité de chacun nous mène! Comme vous vous l’imaginez, c’est du vécu. L’ami en question pourra se reconnaître dans cette description s’il tombe sur ces mots au hasard d’une lecture. Il m’en voudra certainement, mais tant pis. L’un des plus beaux cadeaux que l’on puisse faire à un ami, c’est de le sortir de ses mensonges qui l’empoisonnent sans qu’il s’en rende compte. Je suis convaincue qu’une partie de lui-même sait déjà tout cela. Mais nombreux sont les adeptes de la politique de l’autruche, c’est tellement plus confortable que de se retrousser les manches et de se mettre à agir! Et il est très loin d’être le seul dans ce cas-là! J’ai en rencontré des hommes qui s’épuisent dans une course aux biens matériels ou au “statut social”, n’en ayant jamais assez, laissant flotter autour d’eux un nuage de dépression, en pensant que le jour où ils auront “plus” ils s’en porteront mieux. Quelle idiotie ce slogan “travailler plus pour gagner plus”. Et pourtant je ne fais pas du tout partie de la clique “anti-sarkosiste”, mais je trouve que c’est l’une de ses plus grandes erreurs de communication. “Travailler mieux pour vivre mieux” aurait été plus intelligent. Pourquoi promouvoir une course à l’accumulation qui ne profite à personne, même pas aux gagnants?
Personne n’est content dans l’histoire, les perdants crient à l’injustice sociale (et ils ont raison, l’ascenseur républicain est réellement en panne) et les gagnants sont déprimés, dégoûtés d’eux-mêmes et de la société. Donc ils n’ont aucune envie d’aider, c’est au-dessus de leurs moyens puisqu’ils se sentent pauvres (ou guettés par la pauvreté).
Vous devez commencer à mesurer le privilège qu’il y a dans l’acte d’aider : aider réellement, c’est être riche vraiment.
Mais qu’est-ce que c’est “aider réellement”? C’est donner sans rien attendre en retour. Un jour mon colocataire, alors que je lui demandais de contribuer aux tâches ménagères, m’a dit qu’il n’aimait pas mettre la vaisselle dans le lave-vaisselle, parce que c’était du temps perdu qui ne lui apportait rien. Sans s’en rendre compte, il touchait ainsi à l’essence de la générosité : donner de son temps pour embellir son environnement sans y trouver une contre-partie immédiate.
Or la plupart du temps les gens disent “aider”, mais ils ne font en réalité que du “commerce”. Je n’ai absolument rien contre le commerce, au contraire, la Vie est une forme de Commerce et j’aime la Vie. Mais une Vie sans Amour est triste et sans saveur. Or l’Amour est désintéressé, il donne sans rien attendre en retour, comme le Soleil. Une pomme n’est pas une orange et il ne faut pas dire qu’on aide lorsqu’on fait du commerce, en échangeant un avantage contre un autre. Il n’y a aucun mal à cela, il faut simplement en être conscient et ne pas se prétendre autre que ce que l’on est, sinon on vit dans le mensonge, la tête enfoncée dans le sable telle une autruche qui a peur de la réalité. Et beaucoup d’humanitaires ne font en réalité que du commerce : ils s’achètent un peu de “bonne conscience”. Est-ce véritablement aider un mendiant que de lui donner quelques pièces de temps à autres? Ne faudrait-il pas plutôt lui permettre de reprendre sa vie en main? Lui donner quelques pièces, n’est-ce pas, au final, le maintenir dans un état de dépendance malsain? Je pense à un mendiant qui a élu domicile sur un banc à côté de chez moi, qui vit dans un état de saleté et de puanteur pestilentielle depuis quelques mois, avec quelques canettes de bières et de la nourriture posées autour de lui, que certaines personnes bien intentionnées lui amènent. Est-ce la meilleure solution? Ne vaut-il pas mieux ne rien faire que de mal faire? N’aurait-il pas l’instinct vital de s’en sortir plutôt que de se laisser mourir? La vie qu’on lui propose ainsi n’est pas une vie, c’est un enfer (enfin, je trouve).
J’ai rencontré tellement d’hommes qui auraient pu jouir du privilège d’aider et qui se sont contentés d’une démarche commerçante : j’aime beaucoup ce que tu fais, mais ça ne suffit pas. Prête moi ton corps, donne moi de ton temps et je produirai ta musique, je ferai ta promotion auprès de “l’élite”…Mais aucun ne m’a encore dit “j’aime ce que tu fais et je vais t’aider, sans rien attendre en retour”. Et ironie du sort, c’est souvent ceux qui se targuent d’aider qui se font aider par ceux qu’ils prétendaient vouloir/pouvoir aider. La véritable aide ne se déclare pas, elle se fait, tout simplement. Elle se suffit à elle-même. Comme l’amour.
Tout ça pour dire qu’Aider, c’est un grand Privilège que rares connaissent! Peu en saisissent l’opportunité. Et vous, la saisirez-vous? Oserez-vous être Riche (de ce que vous donnez)? Et moi donc! ;-)

Share/Save/Bookmark

Si vous avez aimé cette pensée, abonnez-vous à mon flux de pensées RSS!


Quand un chat offre un moineau

Publié le 3/06/2009 | Auteur: | Thèmes: Amour, Cinéma, Magie, Nature | Tags: , , , , , , | 1 Commentaire »

à sa maman (c’est moi ;-)), la Vie devient clairement Magique! (En réalité Elle l’est tout le temps ;-))

L’histoire est tellement jolie (je trouve) que je souhaite la partager avec vous :

Je dégustais tranquillement du gâteau au chocolat devant ma terrasse ensoleillée à l’heure du déjeuner quand j’aperçus Cachou (mon chat) bondir sur ‘quelque chose’ derrière un pot de fleur. Puis il s’approche de moi tout content, un animal gris dans la bouche retenu avec une feuille morte!!! Monsieur se dirige vers ma chambre tandis qu’horrifiée, je commence à comprendre de quoi il s’agit et à craindre le pire! Paniquée, je laisse mon gâteau de côté et me rue vers ma chambre en hurlant “Cachou, reviens ici!!!” et l’implorant d’arrêter tout de suite son méfait! Je suis bouleversée à l’idée de retrouver un petit animal mort sur mon lit. Heureusement, je parviens à saisir Cachou sur mon lit, qui s’accroche avec ses griffes et tient bon sa proie toujours dans sa bouche. Je parviens à détacher ses griffes de mon lit d’une main en le retenant de l’autre, le ramène vers la terrasse, lui fais ouvrir la bouche, le moineau prend son envol, Cachou bondit à nouveau et parvient à le rattraper in extremis en bout de course en sautant dans les bambous et le ramène tout fier jusque sur la terrasse : je suis hors de moi, l’ordonne de lâcher ce pauvre moineau de toutes mes forces et lui ouvre à nouveau la bouche : le moineau tombe et reste inerte sur le côté, tandis que je retiens Cachou d’une main et que Dandelion (mon autre chat) guette la scène en se demandant ce qui se passe!!! Tout en retenant Cachou, je relève doucement le moineau qui fait le mort et le met sur ses deux pattes. J’ai beau lui dire de prendre son envol avant que mes deux félins ne lui règlent définitivement son compte, il reste tétanisé et ne bouge pas, immobile et encore tout traumatisé. Je le caresse précautionneusement puis finis par le prendre dans ma main. Le moineau se refuse à faire le moindre geste, immobile sur la paume de ma main ouverte. Nous restons ainsi à nous observer quelques temps, les yeux dans les yeux. Je le cajole et m’assure qu’il n’est pas blessé. Il n’a pas la moindre égratignure mais a surtout eu très peur! Je lui demande donc de rester tranquille dans ma main (je sens que la chaleur et la douceur de ma main le calment et le rassurent, en lui apportant un vrai réconfort) et m’en vais avec lui dans la cuisine pour lui chercher quelques graines biologiques, histoire de lui redonner du peps. Je le ramène sur la terrasse, le pose sur ma table et y verse quelques graines en surveillant mes deux félins qui guettent. Et à ce moment il prend son envol et retrouve sa liberté de moineau!

Quelle histoire, non? J’en suis restée toute fébrile pendant quelques temps encore après, le temps de me remettre de mes émotions…

Ainsi mon adorable chat m’a offert de caresser, pour la première fois de ma vie, un moineau dans le creux de ma main, alors qu’il était entièrement libre et rassuré par ma présence…

La nature est tellement belle et extraordinaire! Aussi je vous incite à voir le film “Home” de Yann Arthus-Bertrand qui sort aujourd’hui (le 5 juin), à l’occasion de la journée internationale de l’environnement:

“En quelques décennies l’homme a rompu un équilibre de près de 4 milliards d’années d’évolution de la Terre et met son avenir en péril. Le prix à payer est lourd, mais il est trop tard pour être pessimiste: il reste à peine 10 ans à l’humanité pour prendre conscience de son exploitation démesurée des richesses de la Terre et changer son mode de consommation.

En nous offrant les images inédites de plus de 50 pays vus du ciel, en nous faisant partager son émerveillement autant que son inquiétude Yann Arthus-Bertrand pose, avec ce film, une pierre à l’édifice que nous devons, tous ensemble, reconstruire.” (extrait d’Alternative Channel) :

Share/Save/Bookmark

Si vous avez aimé cette pensée, abonnez-vous à mon flux de pensées RSS!